01 décembre 2007

Le rôle ingrat de fée du logis.

A la maison, hommes et femmes ne sont pas sur un pied d'égalité. Si la situation s'est améliorée depuis 30 ans, c'est à la vitesse d'un homme qui passe l'aspirateur...

A l'intérieur du foyer, les inégalités demeurent entre hommes et femmes.

Les chiffres de l'Insee diffusés par l'Observatoire des inégalités sont sans appels : les femmes consacrent en moyenne 3h26 par jour aux tâches domestiques contre seulement 2h01 pour les hommes (chiffres publiés en 2006 pour les années 1999-2004). Mais que représente au juste ce travail domestique ? Linge, cuisine, ménage, courses, bricolage... C'est-à-dire à peu près tout ce que les hommes font en rechignant, sauf bien sûr pour le dernier de la liste. Si les
hommes bricolent et jardinent un peu plus, les femmes passent quatre fois plus de temps à faire le ménage et deux fois plus de temps à s’occuper des enfants !
Un peu comme si les pires clichés des inégalités entre hommes et femmes étaient en fin de compte représentatifs d'une certaine réalité. Au moins sur le plan domestique car il est vrai que dans la sphère professionnelle, de réels progrès sont à noter malgré le fait qu'une femme continue de percevoir un salaire inférieur à celui d'un homme, à poste et compétences égales.

La vie domestique reste le parent pauvre de l'amélioration de la condition des femmes

Les femmes ont la charge du quotidien, ce qui concerne en fait les missions les moins valorisées, alors que les hommes se concentrent sur le long terme. Elle enchaîne le supermarché avec le cours de judo du petit et une séance de repassage, tandis qu'il repeint la chambre à coucher (une fois tous les 7 ans...) ou change le joint du robinet... Beau tableau !
En règle générale, la répartition des tâches dans les foyers français évolue vers un meilleur partage mais de façon très lente. Les inégalités constatées sur le plan domestique ont pour les femmes des effets dans de nombreux autres domaines, où elles ne peuvent en conséquence s'investir pleinement : vie professionnelle, loisirs, engagement associatif ou politique. C'est le problème du "temps contraint". On comprend alors mieux pourquoi le temps-partiel a connu un tel essor chez les femmes qui ne peuvent décidément pas être partout à la fois.

AUTEUR :Estelle Lavandier 

Posté par Babou1 à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le rôle ingrat de fée du logis.

Nouveau commentaire